création participative
création participative

CRéatioN :

 imaginer, inventer, réaliser une œuvre

(dite artistique ou pas…on s’en fiche)

  

PartiCipative :

 notion de plus en plus utilisée où le public justement

ne l’est plus et participe pleinement à la création

 

Créer ensemble, c’est vivre ensemble de manière active et positive.

 

Dépasser le clivage de celui qui fait et de l’autre qui le regarde, c’est dépasser bien d’autres clivages.


Les créations collectives participatives permettent de nouvelles pratiques culturelles qui redonnent un rôle social à la définition d’art.


Transporter l’atelier dans l’espace commun ou public, c’est aussi réinvestir ces lieux pour d’autres confrontations, d’autres « scénographies » que celles utilitaires du passage ou du travail.


10bis/10ter rue Bisson, 75020

L’entrée du 10bis/10ter rue Bisson souffre de ce que nous nommons le « syndrome du renfoncement ». Comme de nombreux bâtiments qui ne sont pas alignés, le retranchement laissé est l’occasion de différents émoluments illicites : dépôts d’ordures, dégradations, transactions douteuses…

La solution que nous préconisons est l’embellissement de l’espace, l’utilisation de l’espace, le décloisonnement, la participation des habitants à la création.


EMBELLISSEMENT:

 ces creux dans l’espace commun ou public sont souvent, dès leur conception, gris et ternes puis dégradés par la suite.

L’embellissement de l’endroit envoie des signes positifs qui montrent que l’endroit n’est pas abandonné.

Très inspirés par la chaleur des mosaïques de Gaudi, nous utiliserons cette technique qui a fait ses preuves depuis des millénaires. Il apparait aussi que la mosaïque est nettement moins vandalisée que les surfaces homogènes.

 

Nous avons remarqué que les motifs figuratifs sont plus motivants à réaliser et plus souvent respectés.Pour l’entrée de la cité Bisson, nous proposons un oiseau avec les plumes qui s’envolent: Le thème de l’oiseau est fédérateur. Il représente la nature mais aussi, par son envol, l’esprit d’entreprise (son nid est la cité Bisson).

 

Le principe est de réaliser l’oiseau ensemble directement sur le mur mais que chacun réalise SA plume (sur support reporté après sur le mur). Si l’oiseau est une réalisation collective, l’univers de chacun s’exprime individuellement dans la création des plumes. Les participants sont invités à apporter des objets personnels à coller dans la mosaïque, notamment les entreprises de la cité qui pourront se représenter  des objets représentatifs.Il parait aussi important de marquer le lieu, dire ce que c’est, indiquer à l’entrée qu’il s’agit de la CITE INDUSTRIELLE BISSON.

 

 

UTILISATION : « la nature » (humaine) a horreur du vide.

Profitons de ces espaces vides pour se les réapproprier de manière positive et y favoriser les utilisations conviviales : une œuvre d’art, un siège, une plante…

 

L’entrée de la Cité Bisson est une zone balisée par deux plots de béton qui empêchent le stationnement. Nous proposons de les utiliser pour en faire des assises (mosaïque et fer forgé). Ils rempliront toujours leur rôle tout en ajoutant un autre, plus convivial.

Nous proposons aussi d’ajouter un arbre en pot.

Le sol n’est ainsi plus occupé par des encombrants mais par un micro-espace d’art et de verdure.


DECLOISONNEMENT :certains préconisent souvent des grilles qui ferment encore plus l’espace et sont sensées résoudre les problèmes. Mais les grilles se franchissent…

Nous proposons au contraire d’ouvrir ces « cavités », de les rendre très visibles aux regards, ce qui éloignent les activités qui se veulent cachées. C’est ce que nous avons appelé « l’effet miroir ».

Intégrer des miroirs à la création renvoie la lumière, enrichie l’œuvre et casse l’espace caché.

 

PARTICIPATION :toutes ces opérations de changements ne peuvent être réellement efficaces que si les habitants du lieu sont partie prenante de ces changements qu’ils appréhenderont comme les leurs.

Faire participer les habitants d’une cité, d’une rue, à l’embellissement de leur lieu de vie ne crée pas seulement du « plastique », de la forme, mais il expérimente aussi de nouvelles manières de faire et de vivre ensemble.

La découverte d’un savoir faire qui éveille souvent les « savoir être ». Se réapproprier l’espace commun s’est aussi le protéger, le valoriser, le partager…

L’espace partagé devient ainsi réellement l’espace de chacun.

 

L’entrée de la Cité Bisson est un espace intermédiaire entre la rue et la cité. Trois public s’y côtoient : les employés des entreprises (entreprises d’architecture, de décoration et audiovisuelle) de la cité, les clients des entreprises et les habitants de la rue Bisson (qui est très animée et ses riverains ont coutume d’investir le trottoir (foyer bisson etc…).

Il faut le plus possible, concerner ces 3 populations à la création collective de l’Oiseau.

 

 

Ce projet est à l'initiative et a été financé par Paris-Habitat.

Son chantier a duré 3 jours en création participative.

Merci à tous les participants, habitants et passants de la rue Bisson ainsi que ceux qui sont venu de plus loin.

Merci particulièrement à Africulture et à l'épicerie du 25.

Merci encore à Thierry Lainé et Françoise Jeanin, May, Lila, Pédro, Emmanuelle...

Bravo Azédine et Rafick pour le coup de main éfficace et la bonne humeur.

Les photographies sont de Thierry Lainé, Michel Mourguy, Marie Decraene, Pédro, Areti Tzia, Michel Kisinis ...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© marie decraene - ADAGP